Un peu d’histoire

La foi rend tout possible

Les racines de la foi chrétienne

Le christianisme a pris racine dans la foi juive. Jésus était un Juif, tout comme ses parents et ses disciples. Ils priaient les psaumes, allait à la synagogue de leur village  pour entendre les Écritures et se rendaient au Temple de Jérusalem pour offrir des sacrifices.

La fin de la vie de Jésus se déroule lors de la Pâque. Pour bien interpréter ce récit, il faut connaître les pratiques liées à cette fête, ainsi que la façon dont la justice était rendue à cette époque.

La Pâque célèbre la libération en Égypte. C’est le temps fort de l’année où l’on vient en pèlerinage au Temple de Jérusalem. Le repas pascal est appelé seder. C’est lors de ce repas que Jésus partagea du pain sans levain avec ses disciples et qu’il institua la Sainte Cène.

La foi chrétienne a gardé des liens importants avec le judaisme. Entre autres, les chrétiens prient encore les psaumes et ils lisent l’Ancien Testament, appelé Bible hébraïque ou Tanakh.

Les Protestants évangéliques constituent à travers le monde une grande famille de chrétiens dont l’origine remonte à la Réforme, grand mouvement religieux du 16e siècle.

Cette famille présente une large diversité notamment dans la forme de ses cultes.
Elle se caractérise par une réelle unité basée sur l’autorité de la Bible qui appelle à une rencontre personnelle avec Jésus-Christ.
Au sein du Protestantisme français, les églises évangéliques sont nées de « Réveils » caractérisés par un désir radical de retour à l’Évangile.

Plus généralement, le courant évangélique apparaît au XVIème siècle. Il est issu des Anabaptistes. Dès l’origine, ce mouvement adhère aux principes fondamentaux de la Réforme Protestante de Martin Luther et Jean Calvin à savoir :
« Sola Fide, Sola Gracia, Sola Scriptura, Soli Deo Gloria » (la Foi seule, la Grâce seule, l’Écriture seule, à Dieu seul soit la gloire) Il souligne en particulier l’autorité toute entière de la Bible.

C’est au XVIIème siècle qu’apparaissent les premières communautés Baptistes, au XVIIIème siècle les Méthodistes, au XIXème siècle l’Armée du Salut et les églises évangéliques Libres.

Dès le début du XXème siècle arrive le mouvement Pentecôtiste ainsi que de nombreuses autres dénominations évangéliques.

Avec le mouvement Pentecôtiste, l’Église a redécouvert l’actualité du livre des Actes des Apôtres et a donné plus de place à la personne du Saint-Esprit qui confère aux croyants des dons spirituels, selon la première lettre de Paul aux Corinthiens chapitre 12.
Ces dons sont donnés pour l’édification de l’Église et un service puissant et efficace dans l’annonce de l’évangile.
C’est dans cette mouvance que notre église se situe.

Les Eglises Evangéliques